Bruno Charavet auteur photographe de jazz 

Bruno Charavet (1).png
 

Bruno Charavet, parisien né à St Brieuc (1954), a passé son enfance dans une famille où la photo était très présente. Son trisaïeul Nicolas Tolentin Charavet avait ouvert un studio à Paris en 1860; sa fille cadette, ingénieur, est aussi photographe professionnelle d'équitation. Sa passion pour la photo ’’ se développe dans les années 1970-1980, avant une longue période consacrée surtout aux photos de famille et de vacances. Passé au numérique dès 1993, il a eu le temps d’oublier ce qu’il faut oublier de l’argentique pour s’exprimer au mieux avec les nouveaux appareils. En 2010, dans les festivals de jazz du sud de l’Italie, il découvre son goût pour la photo de scène. Autodidacte, il bénéficie aussi des conseils de ses pairs, notamment de Sophie Le Roux, développant et améliorant des techniques personnelles, particulièrement sur les points de contrastes et les cadrages. Bruno Charavet cherche en permanence à capter l’énergie et la concentration des musiciens.

 

”Les musiciens les plus profonds sont ceux dont on entend la musique entre les notes. Il y a quelque chose de similaire dans les photos de Bruno Charavet, lorsque les angles font entendre le musicien alors que son visage a disparu, lorsque l'œil se ballade entre deux phrases”.

Alex Dutilh France Musique - Open Jazz du lundi au vendredi, 18h-19h.

 

”Les photos de Bruno Charavet exercent une fascination qui touche aux données immédiates de la conscience. Loin de toute mise en scène artificielle, elles concentrent l’essentiel de l’attention disponible sur l’énergie d’un mouvement, la transmutation du geste en intention musicale. Des images qui offrent un aperçu inédit sur une structure d’ensemble en la dissociant des éléments qui la composent, détachant les formes de leurs contours apparents pour les parer de mille couleurs aux termes d’une idiosyncrasie stylistique. Le sentiment d’appartenance au monde qui en découle n’est pas la seule surprise d’un univers créatif au sein duquel le bel orient d’un instrument évoque tantôt la transformation de l’or des cuivres, tantôt la brillance d’un instrument à cordes, l’ivoire d’un clavier ou le timbre mat des percussions. Le regard de l’artiste et le miracle de l’inspiration se marient alors sous l’œil conquis de l’amateur de jazz, plongé dans un maelstrom de sensations par le spectacle d’une beauté évanescente et sophistiquée, sculptée au cœur même de la matière”.

Jean-Pierre Alenda (Journaliste - Jazz Hot).

 

“It is a rare gift to be a musician featured in a Bruno Charavet photo. The viewer’s eye wanders the full scope of the frame, with a steady delivery of content

Much like a great composer, there is no trademark, no recurrent feature that defines his work. He treats every photo as if it were his first and last.

An art historian could surely find commonalities with the great masters in how he deals with light, shapes, and subjects. From a musician’s point of view, I’m struck by how truly personal is each portrayal. Any musician lucky enough to find themselves in a Charavet will reflect on the honesty of their depiction: “Yes; that’s really me”.

Chris Byars (Saxophoniste, New York City).

 

”Great photo! Bruno is an excellent photographer who really seems to capture the emotion of the moment”.

Mark Wade (Contrebassiste, New York City).

 

”J’ai d’abord découvert ton œil de photographe, puis ton cœur, à l’image de ton œil, que de regards, d’expressions, d’émotions, tu sais capter. Je suis toujours bouleversée de voir tes reportages photos… Ces moments musicaux, ces moments de rencontres, tu sais les rendre vivants et intemporels, c’est beau, c’est émouvant, c’est attachant…”.

Valérie Mauge (Attachée de presse freelance – Spécialisée en jazz et world).

Contacter Bruno Charavet : facebook/brunocharavet

 Source https://www.flickr.com/photos/lechatrave/ 

 

 Portrait suivant | Following portrait | Haut - Top ^