3 réponses de Sébastien LLADO

Sébastien Llado Quartet - Avec Deux Ailes

Sébastien Llado Trombone, Rémy Decormeille Piano, Jean-Philippe Viret Contrebasse, Simon Goubert Batterie

 

JAC : Quand vous vous êtes mis à la musique, avez-vous choisi tout de suite le trombone ou avez-vous essayé d’abord d’autres instruments, et comment le choix s’est-il fait ?

J’ai toujours voulu être poly-instrumentiste. Après des débuts comme bassiste électrique, je me suis mis au trombone au hasard d’un héritage de mon grand-père, puis après avoir persisté sur cet instrument (sur les bons conseils de mon prof de trombone, qui me voyait partir dans mille directions différentes), j’ai commencé à fouiller du côté des coquillages et autres instruments naturels. Récemment, je me suis mis à la contrebasse et à la batterie, mais je manque de temps pour tout pratiquer à un niveau satisfaisant !

 

JAC : Sur votre parcours, vous avez franchi les frontières un peu artificielles qui séparent souvent les catégories jazz, pop et autres… Est-ce que cette polyvalence devient plus acceptée, voire normale, qu’autrefois ?

J’en ai l’impression, oui. Le jazz n’échappe malheureusement pas a ses ayatollahs, mais il me semble voir plus de tolérance chez les jeunes. Personnellement, j’ai toujours été gêné par les étiquettes (ça gratte).

 

JAC : Vous avez participé à l’ONJ de Claude Barthélémy. Quel souvenir en gardez-vous et est-ce que cette aventure a influencé votre évolution musicale ?

C’était une formidable expérience, quel dommage que sa durée de vie n’ait été que de 3 ans ! C’était une façon de penser la musique qui m’était un peu étrangère, et à laquelle j’ai dû m’adapter, en fréquentant des musiciens géniaux qui comptent encore dans ma vie musicale: Médéric Collignon, Didier Ithursarry, Vincent Mascart..

* * *

3 answers from Sébastien Llado
Sébastien Llado Quartet - with two wings
Sébastien Llado Trombone, Rémy Decorbeille Piano, Jean-Philippe Virert Double bass, Simon Goubert Drums

 

JAC : When you started music, did you choose the trombone immediately or did you first try other instruments, and how did the choice done ?

I always wanted to be poly-instrumentalist. After debut as an electric bassist, I put myself at the random trombone of a heritage of my grandfather, then after persisted on this instrument (on the good advice of my trombone teacher, who saw me leave in a thousand directions Different), I started searching on the shells and other natural instruments. Recently, I started bass and battery, but I lack time to practice everything at a satisfactory level!

 

JAC : On your course, you have crossed the borders a little artificial that often separate the categories Jazz, Pop and others ... Is this versatility becomes more accepted or even normal than formerly ?

I feel like it, yes. The jazz unfortunately does not escape its ayatollahs, but it seems to me to see more tolerance among young people. Personally, I have always been embarrassed by the labels (it scratches).

 

JAC : You participated in the OnJ de Claude Barthélémy. What memory will you keep and does this adventure influence your musical evolution ?

It was a great experience, what a pity that its lifespan was only 3 years old! It was a way of thinking the music that was a little foreigner, and to which I had to adapt, by attending genius musicians who still count in my musical life: Médéric Collignon, Didier Ithursarry, Vincent Mascart...

 Interview suivant | Interview précédent | Following Interview | Previous interview